Damien Saez, a rudderless ship

Damien Saez, a rudderless ship

1 commentaire

”La chanson c’est populaire, ça doit rester populaire. C’est ce qu’on fait avec sa guitare sur le trottoir. Même si Brel écrivait très bien, peu importe la complexité du texte, au bout d’un moment ça se chante, ça se chante dans une rue par n’importe qui.”

A ton Nom

Pologne vs République Tchèque sur le petit écran, ‘Varsovie’ en fond et le dernier de Pivot en mains, un samedi soir je me suis dit qu’il était temps d’écrire cet article auquel je pense depuis quelques mois.

Puis les jours se sont écoulés, la coupe d’Europe est déjà bien derrière nous et j’en suis toujours au même point. Finalement c’est parfois plus difficile d’écrire sur ce que l’on connaît ou apprécie le plus, peut-être par peur de ne pas savoir par où commencer, d’oublier quelque chose ou de n’être au bout du compte pas assez critique.

Saez, A ton Nom (Live at Zenith)

Image de prévisualisation YouTube

Tu y crois toi, la magie des rencontres

Parce qu’il a été le premier à me donner envie de voyager, de Paris à la Pologne en passant par la Russie. Le premier à me faire aimer les mots, les livres – à me faire découvrir la musique classique et m’ouvrir les yeux sur les travers de notre société.
Voyage au bout de la nuit de Céline, Rimbaud, Baudelaire, Brel, Ferré, Paris, la politique, le système de l’offre et la demande, l’impérialisme américain… sont autant de choses vers lesquelles je me suis intéressée dès mes 13 ans.

Artiste, auteur, compositeur, interprète, guitariste, pianiste, écrivain et poète, il détiendra toujours la singularité de me surprendre et le don d’en exaspérer certains. ‘Le Plaintif’, est d’ailleurs le tendre surnom que mes parents lui ont donné, quand d’autres aiment le définir comme égocentrique, prétentieux ou ambitieux.

Saez, St Petersboug (Live at Bouffes du Nord 2008)

Image de prévisualisation YouTube

Il m’aura aussi parfois même un peu heurté. Quand on vient tout juste de passer en 5e, d’acheter God Blesse/Katagena et qu’on découvre ‘J’veux du nucléaire’ ou ‘Sexe’ : mets ta langue ou tu sais, non ne t´arrête pas, continue de lécher que j´aime quand tu fais ça, en total soumission, en total don de toi-même, fais monter l´excitation pour l´amour et la haine’, on se demande un peu si on n’a pas fait une connerie…

Mais viens l’improbable ‘J’veux qu’on baise sur ma tombe’, l’utopiste ‘Perfect World’, la triste ‘St Petersbourg’, la désarmante ‘Massoud’, l’inexprimable ‘Usé’, la réaliste ‘Menacés mais libres’, ce sublime piano… et ainsi vous vous dites que finalement, un nouveau un chef-d’œuvre trône sur votre bureau.

Saez, J’veux qu’on baise sur ma tombe (Live at Zenith)

Image de prévisualisation YouTube

Dessein

Suivront ensuite l’humain et sexuel ‘Debbie’, un triple honnête Paris/Alhambra/Varsovie, le british A lover’s prayer et le rock & vif ‘J’accuse’, le tout orchestré par de très rares apparitions publiques, des inédits, un recueil de poèmes, des coups de gueule et des hommages, notamment à Brassens.


Saez, J’accuse

Image de prévisualisation YouTube
Côté live, même s’il a du mal avec la scène – qu’il considère un peu comme un viol – il restera l’artiste le plus honnête, le plus intime que j’ai vu et croyez-moi, des concerts j’en ai fait. A la Salle Poirel de Nancy pour l’album Debbie il aura joué 3h, quant au Théâtre des Bouffes du Nord à Paris pour la tournée Paris/Alhambra/Varsovie il aura déversé des bribes de sa rupture avec Katarzyna Krynska, seul, une guitare à la main, entouré du public qui l’accompagne depuis le début. Et s’il en oublie parfois ses classiques, on ne peut pas vraiment lui en vouloir, sortir autant d’albums en si peu de temps c’est certes risqué, mais généreux.

Saez, Putains vous m’aurez plus (Live at Bouffes du Nord)

Image de prévisualisation YouTube
Bref un article de plus sur quelqu’un qui fut/sera toujours l’un de mes meilleurs professeurs et que je remercie, en tenant tout de même à préciser que ce n’est pas une déclaration d’amour bien entendu, mais simplement l’expression de mon admiration.

Et comme c’est dur de s’arrêter et de choisir entre tant de chansons ou de citations, je finis avec un texte de Jacques Brel qui aurait sans doute pu être écrit par lui :

‘’…le seul fait de rêver est déjà très important. Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir, et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns. Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer, et d’oublier ce qu’il faut oublier. Je vous souhaite des passions. Je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants. Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence, aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite surtout d’être vous.’’

Saez, Clandestins (Live)

Image de prévisualisation YouTube

En attendant sa tournée qui débutera ô joie à Nancy à L’autre Canal le 17 Novembre, un premier album intitulé ‘’Messina’’ sera disponible le 17 Septembre. Suivi de près par ‘’Miami’’ le 3 décembre.

___
Site officiel
: http://www.saez.mu/
Album en précommande: http://musique.fnac.com/a4300211/Saez-Messina-CD-album
Recueil ‘A ton nom’ : http://livre.fnac.com/a1242843/Saez-A-ton-nom

Article rédigé par Florie Lhuillier | le 1 août 2012

Commentaires :

4Avatars v0.3.1 v0.3.1
Roxane

Merci beaucoup pour cet article où je me sens proche de ce que tu dis, comme quoi Damien est un grand professeur et un fraternel, comme je le nomme.
Merci pour les larmes sur les paroles de Brel,
bref, c’était parfait ! (Ton article)

Commentez sur mixedtape