Musilac 2011 : Entre Rock et Symboles…

Musilac 2011 : Entre Rock et Symboles…

commenter l'article ...
Le voici, le voilà ! Le fameux live report sur mon passage à Aix-les-bains dont je vous avais parlé. C’était il y a un mois et demi, certes, et je suis à la bourre totale sur ce coup-là mais je tenais tout de même à vous faire partager ce que j’ai eu la chance de voir le temps d’une belle journée rock et ensoleillée.

Une aprem à la cool…

Le 18 juillet, Le Dauphiné Libéré titrait « Musilac, en haut de l’affiche ». Et c’est peu dire…
Au pied du Lac du Bourget, une programmation riche et de qualité s’est enchaînée pendant 3 jours devant plus de 80 000 festivaliers. Premiers pas dans ce Festoch’ pour moi et première claque d’entrée avec Concrete Knives qui a ouvert le bal à 15h00.
Vêtue d’une chemise verte à fleurs et d’un pad’ef bleu pailleté, la leadeuse du groupe réussi à jongler entre un show typique des années 80 et quelques touches de bon son indé notamment avec le terrible « Brand New Day », de quoi mettre le public dans l’ambiance pour la suite de la journée.
S’ensuit à 15h30 la belle découverte du jour : le collectif Nouvelle Vague composé notamment des charmantes Mélanie Pain (Cinq7) et Phoebe Killdeer au chant. Malgré une prestation un peu trop surjouée de la part de P.K, elles ont assuré le show aussi bien sur des morceaux electro-rock énervés que sur des ballades. Pour laisser place 30 min plus tard au groupe légendaire Eels qui nous a offert, il faut l’avouer, une prestation moins impressionnante qu’à Rock en Seine l’année passée.

Une soirée explosive

Mais c’est réellement au moment où dEUS monte sur scène que l’énergie des festivaliers explose. Précédé d’une solide réputation scénique, le groupe belge était bel et bien présent, envoyant un bon son brut, comme on les aime.
De même pour le duo Nili & Benjamin de Lilly Wood and the Prick qui a enchaîné les tubes rythmés et énergiques au plus grand plaisir de leurs admirateurs, mais malheureusement je trouve, sans trop d’honnêteté…


Le rock de fin d’après-midi se transforme peu à peu en une pop douce et enivrante de début de soirée menée par le groupe charismatique AaRon et sa sublime U-turn (Lili) pour revenir à un mélange de musique africaine, d’électro et de rock français signé d’un Gaëtan Roussel débordant d’une énergie impressionnante et entraînante comme j’en ai rarement vu. PJ Harvey laissera ensuite le public reprendre son souffle grâce à sa voix apaisante et à son show simple mais remarquable avant de repartir en grande pompe sur The Chemical Brothers, Katherine et Yelle.

Musilac 2011, le best-of

http://www.dailymotion.com/videoxjxzxz
Bref, une seule chose à retenir donc, Musilac 2012, c’est à faire absolument !
Alors rendez-vous les vendredi 13, samedi 14 et dimanche 15 juillet 2012…

Musilac, le site

Crédit photo : AaRON

Article rédigé par Florie Lhuillier | le 7 septembre 2011

Commentaires :

Commentez sur mixedtape