Rock En Seine 2011 : 2nd Day w/ Mike Skinner and His Friends

Rock En Seine 2011 : 2nd Day w/ Mike Skinner and His Friends

commenter l'article ...
Deuxième jour Porte de St Cloud, et deuxième jour qui commence sous la pluie pour ma part… en short, et dans la boue bien évidemment, sinon quel intérêt ?

Deuxième jour, et donc la fatigue qui commence à se faire sentir après la petite dizaine d’heures à piétiner de la veille au son des Foo Fighters, de Kid Cudi, d’Herman Dune et tous les autres… (lire le LR du 1er jour). Fatigué mais de bonne humeur tant le programme du deuxième jour nous fait saliver encore un peu plus que la veille.

Mais bon, puisqu’il s’agit de Rock En Seine et que c’est à l’autre bout de Paris, c’est une tradition pour moi d’arriver tardivement et donc de louper les premiers concerts de l’après-midi. Hushpuppies notamment.
J’arrive juste pour le début des BB Brunes. J’hésite. Après tout, peut-être qu’ils rattrapent le tir sur scène. Et puis non. Les cris de minettes affamées m’ont fait fuir. Je trace ma route jusqu’à la Grande Scène ou va se produire, à peine 1h plus tard, le grand, le beau, le majestueux (je n’en fais jamais trop), Mike Skinner

The Streets, Dry (me) and my eyes

Courageux et pour assister à sa dernière prestation dans les meilleures conditions, on commence à s’amasser devant la scène, 1h avant le début du set. Et là… le drame. La pluie battante qui s’abat sur nous n’aura pas eu raison de notre motivation (de la mienne en tout cas). Je tiendrais bon. Et je n’ai pas faibli. En revanche je ne suis pas sur que l’apparition des BB Brunes sur la Scène de la Cascade quelques minutes avant ne soit totalement étrangère au déluge qui s’est abattu sur nous.

Bref, Skinner et ses copains arrivent finalement sur scène sous un soleil qui a repris du poil de la bète. Le monsieur s’approche de nous tend son bras à l’extérieur et nous fait signe que c’est ok. Les conditions idéales… même la boue, oui oui, sont réunies.

J’ai un peu l’impression qu’il met du temps à rentrer dans son set… et puis une fois dedans, on y est. Mike Skinner et ses copains de The Streets savent parfaitement habiter l’espace. On est captivé, ils nous font bouger. Ca bougerait même presque trop… entre les jeunes puceaux et les vieux sous acides, on est servi. J’ai le mal de boue.

Skinner est habitué aux “jokers” à Rock En Seine. Deuxième fois qu’il joue à St Cloud. La première fois il remplaçait Amy Winehouse, cette fois c’est grâce à Q-Tip qu’on à pu le voir se produire. C’est donc sans grande surprise qu’il nous propose un hommage à Amy, en nous faisant asseoir dans la boue (tiens comme c’est une bonne idée). Puis The Streets enchaîne des titres récents comme Going Through Hell et des plus vieux, que tout le monde a encore en tête, de Fit But You Know It à Dry Your Eyes
Dry my Eyes oui. C’était la fin, le dernier, l’ultime apparition de The Streets sur le sol français. Dans cette configuration et sous cette forme en tout cas… On attend la suite avec impatience… en espérant que l’attente ne soit pas trop longue.

The Streets – Going Through Hell

Image de prévisualisation YouTube

Arctic Monkeys, Fluorescent Show

Arctic Monkeys. Si grand et pourtant si jeune… Trop jeune vous dites ? Et bien, sachez que je les trouvais bien meilleur lorsqu’ils l’étaient encore un peu plus. Et je ne suis pas le seul à le penser apparemment. Le premier album était bon. Très bon. Depuis, on s’est un peu perdu. Et puis le live… trop de blancs, trop de coupures, peu d’enchainements et d’interactions avec le public. Et c’est dommage quand on s’appelle les Arctic Monkeys non ?


Trop froid et trop distant les singes arctiques. Mais bon… ca garde de la pêche et du mordant. C’est rythmé et entrainant. Alors on aime quand même. Mais les gars, faites gaffe, on serait pas toujours aussi cool. On attend mieux de vous.

Arctic Monkeys – Don’t Sit Down ‘Cause I’ve Moved Your Chair

Image de prévisualisation YouTube

Et les autres ?

Wu Lyf d’abord. Découverte scénique pour moi. Tout le monde m’en a toujours dit que du bien. Je voulais me faire mon propre opinion… et j’ai été déçu. Oui, encore une fois, comme pour les Foo Fighters, désolé. Pas que le groupe soit mauvais, loin de là, mais je n’ai pas trouvé leur prestation scénique à la hauteur de ce qu’on avait pu m’en dire. J’ai trouvé ça plat… et je me suis un peu fait chier. Je dois l’avouer…

Et puis, Etienne pour finir. Etienne de Crecy, que j’avais déjà pu voir sur scène, en exterieur aussi. C’était aux Terrasses du Jeudi il y a deux ou trois ans, sur les Quais de la Seine à Rouen. C’était cool. Très cool même. Cette fois encore. Visuellement, c’est top, rien à redire. Le monsieur te met une claque. Et puis même s’il est déjà 23h30, que tu as déjà 8 ou 9 heures de festi dans les pattes, tu es presque prêt à te remotiver pour te bouger sous les lumières du Cube. Après, pour ce qui du son… c’est cool aussi. Mais comme j’ai aussi pu en discuter avec d’autre venus le voir ce soir là, et bien c’est déjà moins “ouf”. C’est bien certes, mais rien d’exceptionnel… Avouons juste que l’ensemble son+lumière envoie la pâtée. Et c’est ce qui compte…

Etienne de Crecy – Le Cube

Image de prévisualisation YouTube

Vous l’aurez compris, sur ces deux premiers jours, il y avait du bon et du un peu plus décevant. Ca reste un festival plutôt éclectique qui envoie quand même pas mal… même si on a pas pu voir Interpol (enfin si mais de très loin), ni Keren Ann, ni les Wombats. Il faut faire des choix.
PS : pas de 3ème jour… puisque nous y étions pas. Donc pas de Lykke Li, Trentemoller, Concrete Knives ou autre Simple Plan. Les deux premiers jours ont été fatal.

Merci à Ephélide, et à Nesrine et Marion

Crédits Photo :
Mike Skinner / The Streets
©Florian Sanson

Article rédigé par Florian Sanson | le 29 août 2011

Commentaires :

Commentez sur mixedtape