This is Britain, This is Field Day – London

This is Britain, This is Field Day – London

commenter l'article ...

Jeux Olympiques et Jubilee oblige, Victoria Park s’est fait envahir quelques semaines plus tôt. Après plus d’1h de queue pour récupérer mon ticket, à 16h30 je m’enfonce dans la foule. Un cider et une galette complète en main, c’est parti !

D’emblée grosse déception, Django Django et Liars que j’attendais tant ont déjà joué…

Place ainsi à Andrew Bird pour me consoler et me rappeler une fois de plus mes jours passés chez Fargo. Génie multi-instrumentaliste et maître du sifflement, Andrew Bird offrira 50 min d’oscillation entre blues, musique classique, folk et sonorités bohémiennes dont l’incontournable Sovay.

Andrew Bird – Fake Palindromes

Image de prévisualisation YouTube

A 18h15,  j’enchaîne avec la tornade électronique Grimes pour quelques titres, malheureusement pas vraiment transcendantes à mon goût mais cela étant surement dû aux problèmes de son se répétant sans cesse sous ce chapiteau – basses plus prononcées que la voix.

Puis viens le quatuor anglais Metronomy et ça se déhanche pour 1h. Le son est parfait, Anna Prior toujours aussi impressionnante en tant que batteuse et mes tympans vibrent de joie au son de leurs mélodies pop rageuses.

De retour sur la scène St Jerome’s Laneway, j’aperçois quelques titres de Sleigh Bells et les cris d’Alexis Krauss où ça pogote sec sur Riot Rhythm et Comeback Kid puis je retourne m’installer pour Beirut.

Field Day 2012, vu par Funk You Dear

Image de prévisualisation YouTube

20h20 pétantes, les américains débarquent et dès les premières notes font danser le public. Field Day devient un bordel joyeux sur des rythmes cuivrés, l’accordéon de Perrin et le Ukulélé de Jason comme si on se rassemblait tous autour des tables d’un café.

20h50 arrive la sensation rock britannique du moment : The Vaccines et Victoria Park part en vrille pour saluer ses chouchous. If you wanna, Post Break Up Sex et Wreckin’ Bar en déchaîneront ainsi plus d’un.

21h50, la grosse tête d’affiche fait enfin son entrée. Franz Ferdinand, père anglais de la funk-punk soigne son retour et livre un set d’1h10. Toujours aussi agité, Alex Kapranos se dandine et sautille sur les célèbres Do you want to, No you Girls ou Michael, enchaîne avec des nouveaux sons avec Trees and Animals ou Fresh Strawberries puis élève la foule de parapluies sur Take me Out. Trempé et exténué, le public n’en restera pas moins frénétique pour autant.

Gigs, Rain & Cider. This is Britain in summer.

Website: http://www.fielddayfestivals.com/

Article rédigé par Florie Lhuillier | le 4 septembre 2012

Commentaires :

Commentez sur mixedtape