Other Lives, Live at Village Underground – London

Other Lives, Live at Village Underground – London

commenter l'article ...
En ce mercredi soir, le quartier de Shoreditch à Londres a sans aucun doute connu l’une des plus belles affiches pop-folk de ce début d’année, menée par le duo The Magnetic North & Other Lives.

The Magnetic North

Après une petite heure d’attente bercée par une playlist plutôt bien ficelée et une ambiance rouge-bleutée, The Magnetic North ouvre la danse. Boîte à musique, claviers, complémentarité des voix masculines et féminines, passages cuivrés ou doucereusement tendus, le groupe anglo-écossais nous a offert 20 minutes de pop électrique féérique et décousue, le tout harmonisé de la légende d’Orkney «The slow shadow of death is falling on the outer isles of Scotland».
De belles prémices avant l’arrivée d’Other Lives.

Other Lives, Tamer Animals (Live Session)

Image de prévisualisation YouTube

Un retour en arrière

Le temps d’effectuer quelques réglages et c’est reparti. Les américains de Stillwater (Oklahoma) font leur entrée sur ‘Heading East’ digne d’une bande originale de film et entame ‘As I Lay My Head Down’.  Le voyage commence.


Mené par Jesse Tabish et entouré d’une multitude d’instruments, Other Lives enchaîne tous les titres de leur 2e album : ‘Dark Horse’, ‘Weather’, ‘Desert’, ‘Woodwind’.

De la psychédélique et sanglante ‘Tamer Animals’ montant d’une puissance extrême à ‘Old Statues’ & ‘Landforms’ faisant penser à Arcade Fire, en passant par la noirceur de ‘Dust Bowl III’, l’ambiance bat son plein. Investis, appliqués et en transe, les 5 membres livrent un set fait de ballades folk et énervées tout en nous entraînant dans l’Amérique du début des années 1900 à travers la projection de champs, de cultures et des premières automobiles.

Alors oui, 1000 fois oui. S’ils se sont retrouvés sur la tournée de Bon Iver et viennent de terminer celle de Radiohead, c’est bien parce qu’ils ont quelque chose que les artistes de la scène pop-folk-indie devraient leur envier : ce méange de puissance et de douceur orchestré par la finesse et la richesse des arrangements cuivrés.

Le show finira ainsi comme il a commencé, d’une violence splendide par un rappel piano-voix de Jesse Tabish – juste sublime – et la reprise de l’historique ‘The Partisan’ qui me laisse encore sans voix.

Quant au lieu, étonnant. Entièrement conçu de briques rouges, jaunies par les lumières et agrémenté d’une alcôve accueillant le bar, c’est comme s’il avait été créé pour eux, pour ‘Tamer Animal’.

Other Lives, Tamer Animals
Tbd Records/PIAS /Musikvertrieb – 2011
http://otherlives.com

Article rédigé par Florie Lhuillier | le 6 avril 2012

Commentaires :

Commentez sur mixedtape