The Aikiu, some Pieces of Gold

The Aikiu, some Pieces of Gold

commenter l'article ...
The Aikiu est à n’en pas douter, LA révélation pop de cette année. Une pop élégante, à la fois moderne, rétro, froide et élancée aux influences new-wave, qui nous plonge dans un univers hypnotique dont on a du mal à s’échapper une fois les premières notes retenties.

Ce quator composé d’Alex Aikiu (chanteur et leader), Barnabé Nuytten (basse), Christophe Rodomisto (guitare) et Fiodor Dream Dog (batterie), a su rentrer dans la catégorie de ces rares groupes qui savent jouer avec tes sentiments en te faisant passer par tout un tas d’émotions différentes et contradictoires.

« Ghost Youth » leur premier album sorti il y a quelques semaines à peine, produit par Guillaume Brière de The Shoes, a ce don tout particulier de ne laisser personne indifférent. Qu’on aime son univers ou non, « Ghost Youth » mélange les sonorités et les genres avec une aisance quasi insolente.

On se lève pour danser sur les superbes « Fools » (certainement ma préférée) et « Barbarella » qui traduisent toute la puissance du groupe, on se prend à rêver sur « 20th Century Ghosts », on chante à tue-tête sur la romantique « Let me freak out », on réfléchit à la vie sur le lyrisme de « Slow Motion », on s’imagine partir en vacances avec ses potes sur « A Distant Science », et on replonge avec brio dans le rock des 90’s avec « The Fear », pour finir tout en poésie sur « Win ». Bref, vous l’aurez compris, « Ghost Youth » a tout pour plaire.

The Aikiu, Fools

Image de prévisualisation YouTube
Au-delà d’un très bon album, les 4 virtuoses de The Aikiu savent y faire avec la scène. Lors de leur concert privé du 17 juin (jour de la sortie de l’album) sur la péniche du Petit Bain, le groupe nous a offert un show à la hauteur de nos espérances.

« Pieces of Gold », le 1er morceau joué par le groupe et également 1er titre de l’album, a su conquérir l’audience tout en douceur et en puissance. Il n’a pas fallu longtemps avant que le groupe se sente vraiment à l’aise et se lâche (tout comme nous)… La précision de la batteuse, l’énergie de la guitare et de la basse, la danse décomplexée du chanteur (très, très décomplexée) ont su gagner le cœur du public dans une atmosphère intimiste et sans fausses notes.Le final de ce concert, très inattendu, a été la reprise d’une chanson militaire américaine, au service d’une ambiance folle et désinvolte servie tant par le groupe que par le public (qui en redemandait encore).

The Aikiu, Pieces of Gold

Image de prévisualisation YouTube
En concert comme sur l’album, The Aikiu a pris un malin plaisir à jouer avec les genres musicaux, ainsi qu’à nous perdre dans des sonorités et des morceaux tous plus différents les uns que les autres. Ce set, bien que relativement court, a eu comme un effet de catharsis sur nous, on ne pensait plus à rien et on s’y sentait bien.

« Ghost Youth » est donc un gage de qualité difficile, voire impossible à faire rentrer dans une case. Impressionnante, équilibrée, impertinente et jouissive, la pop de The Aikiu est à consommer sans modération (et à voir sur scène de toute urgence) !


The Aikiu, Ghost Youth

Sony Music, 2013

Merci Delphine pour la découverte, la release party toussa…

Article rédigé par Magali Pasquiers | le 2 juillet 2013

Commentaires :

Commentez sur mixedtape